voyage au berceau du monothéisme

Maladie et digressions

 

J+3 depuis le week-end de camping au nouvel an…

 

Je déteste être malade, je ne suis pas sûr que quelqu’un aime être malade, mais moi j’ai vraiment l’impression que ce qui fait de moi un être vivant (et plus moins pensant) se dissocie entre le corps qui renonce à « vivre » et la pensée rationnelle qui lui répète qu’il doit se bouger le fion pour aller bosser, sortir, réfléchir…

le corps c’est comme une entreprise, une entreprise c’est un système avec des acteurs qui ont des rôles à jouer bien précis avec plus ou moins de contraintes et des supérieurs plus ou moins définis… si on veut vraiment pousser la comparaison, disons que le cerveau c’est un peu le PDG de la boîte et qu’il prend des décisions la plupart du temps en accord avec le reste du personnel (les différents organes et autres habitants du corps), mais parfois il fait le « con » et décide (merci la partie « déconne » de moi-même) sans prendre l’avis des autres parties.

comme par exemple, allé faire du camping le 31 décembre dans le nord D’Israël, un week-end où il a plu sans s’arrêter et où j’ai appris ensuite qu’il a neigé sur la montagne d’à côté, ce qui a permis l’ouverture des pistes de ski… un temps idéal pour tomber malade donc.

se déclenche alors des retombés (les microbes) bien sur, sur le personnel qui, mécontent, décide d’en appeler au syndicat du corps (j’ai nommé les anticorps) d’allé faire grève car le cerveau à foutut le bordel (mais oui c’est lui qui a choisi, ce n’est pas moi !)… et le corps en attendant débraye comme à l’usine et s’arrête… du coup c’est le moment pour vider son sac : les poumons trouvent que l’on est trop fumeur passif c’est dernier jour, le cœur trouve qu’il n’est pas assez musclé, la peau trouve que le niveau de lipide est trop élevé (faut savoir maitriser sa population bordel), les intestins trouvent que l’appendice est un squatteur, etc… et du coup tout déconne

c’est là que j’ai l’impression que je perds l’unité que je suis corps-esprit. J’ai une vision profondément holistique mais lorsque je suis malade, j’ai vraiment l’impression d’entendre les différentes parties de mon corps s’engueuler entre elles… et je perds cette impression d’unité, c’est fatigant, surtout que le cerveau reçoit tellement de syndicalistes avec tous et n’importe quoi comme arguments, mécontentements… qu’il ne sait plus ou donner de la tête du coup il perd en cohérence…

Et à l’extérieur ça donne des réactions étranges, j’ai chaud, puis j’ai froid, je n’arrive plus à organiser ma pensée, du coup je te raconte pas comment c’est compliqué de parler anglais avec tes colocataires sans t’embrouiller en plaçant des mots de français et d’hébreux partout… (j’ai même sorti de l’espagnol à un moment, je n’ai pas compris)…

je suis fatigué, et je hais l’air conditionné qui est le seul chauffage dans ce foutu pays… franchement la climatisation l’été rend malade, mais l’air conditionné t’oblige à resté malade…

bon je retourne me coucher avant de perdre encore plus de cohérence… est-ce que je viens de comparer le corps humain à une entreprise ?

 

IMG_20160104_110018

5 janvier, 2016 à 10 h 48 min


Laisser un commentaire